Chats sauvages,

Rejoin nous dans cette aventure déssinée de sange et d'amour sur des terres magnifiques.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenu sur La guerre des Tribus !

Partagez | 
 

 >>Souffle du Démon<<

Aller en bas 
AuteurMessage
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 12:03

~ Votre félin ~


x. Nom Souffle du Démon
x. Âge 16 lunes
x. Sexe male
x. Tribus Soleil
x. Rang lieutenant?! =D


x. Caractère [3 lignes minimum]
«Je suis le roi du monde» semble-t-il dire.
«Je suis le roi des lâches» pense-t-il en faite.
Oh, il porte le nom de Démon, mais il n’est pas si mauvais au fond. Juste stupide, terrorisé et complexé. Alors il fait croire qu’il est plus grand, plus fort, plus fière. Et il y parvient très bien. Il est le seul qu’il n’arrive pas à tromper. Mais il persiste, espère réussir un jour. À se convaincre qu’il n’est pas minable.
À se convaincre qu’il est quelqu’un.

Il a la tête haute, le regard méprisant.
Il vous regarde et vous voulez disparaître, mais ce même regard vous l’interdit. Vous êtes figée là par tout le mépris et la volonté qui se trouve dans ses prunelles. Il se détourne. Vous partez.
Souffle du Démon n’aime pas vraiment la compagnie. Il préfère de loin être seul, avec ses pensées et son silence. C’est peut-être pour ça qu’il est désagréable et arrogant avec les autres. S’il n’est pas apprécié, forcément il n’est pas approché. Lorsqu’il peut se retrouver avec lui-même, il ferme les yeux. Alors il ne fait que se souvenir, mais pas parce qu’il aime ce qu’il voit; C’est plutôt un châtiment. Pour ce qu’il n’a pas fait et qu’il aurait dû faire. Il culpabilise à l’infini; Et il a peur. Peur de l’avenir et du passé. Et tout le monde sait que culpabilité et peur sont les deux ennemis du présent. Souffle du Démon ne vit pas. Il subit et fait subir. C’est sa loi, sa justice. Pourquoi serait-il le seul à souffrir? pense-t-il. Peut-être que s’il n’était pas fixé sur lui-même et qu’il tournait son regard vers les autres, il saurait qu’il n’est pas seul. Il saurait que tout le monde combat sa douleur par eux-mêmes en pensant qu’ils sont le seul à la ressentir. Et peut-être arriverait-il à vivre sa vie. Mais il est bien trop orgueilleux et stupide pour faire une telle chose.

Vous voyez sa silhouette de loin.
Vous vous approchez à pas furtif. Il est en train de pleurer. Vous êtes rassuré; Il éprouve des sentiments, comme tout le monde. Puis ses yeux perce la nuit jusqu’à votre propre regard. Ses yeux sont dur comme la pierre. Vous n’êtes plus aussi sûr de vos conclusions précédentes. Vous frissonnez. Sachant que jamais vous ne pourrez répétez ce que vous avez vu, vous partez.
Il est tellement faible. Mais personne ne le sait vraiment. Parce qu’il parvient à le cacher. Ce n’est pas très difficile; Déjà il inspire la peur et un vague respect aux plus peureux. Il n’a rien besoin de dire, tout le monde sait qu’un accident peu arrivé si vite et inopinément. Bien sûr, on blâmera la maladresse d’une chute dans le torrent, où la malchance d’un éboulement imprévu. Oh, ça serait presque vrai. Mais heureusement – Ou malheureusement, vous êtes de quel côté? – que les morts ne peuvent pas parler, parce qu’alors Souffle du Démon ne serait plus qu’un chat banni depuis longtemps.
Vous avez eu peur n’est-ce pas? Que ce soit encore un sadique invétéré et que son seul but dans sa vie soit de provoquer la mort autour de lui? Oh non, rassurez-vous. Il n’a jamais tué personne… Du moins volontairement. Mais tous croient le contraire, sans avoir de preuve pour étayer leur propos. Du coup, on le craint, et on lui obéit. Qui a dit que les rumeurs infondées était à bannir?

Vous avez vu sa faiblesse.
Vous pensez pouvoir l’attendrir, et pourquoi pas l’apprivoiser. Il voit clair dans votre jeu. D’une répartie cinglante, il vous envoie balader. Vous n’oser plus le regarder. Vous partez.
La pitié. La charité. La bonté. La compassion et l’empathie. Autant de valeurs qui sont importante pour certains; Pitoyable pour d’autre. Des illusions que certains entretiennent pour avoir bonne conscience. Ils essaient de faire le bien, mais ils s’y prennent mal. Ils le font pour eux. Autant faire le mal avec bonne conscience.
Souffle du Démon est stupide, je l’ai déjà dit. Mais il a quand même une forme d’intelligence qui manque à beaucoup. De l’humilité par rapport à lui-même et à ses limites. Je vous vois vous exclamez! Ce que je dis n’a pas de sens? Si, pourtant. Bien sûr, il est méprisant et se place au dessus des autres. Ça ne l’empêche pas de savoir qu’il ne devrait pas le faire. Qu’il est bien pire que tous ces idiots qui l’entourent. Ça ne l’empêche pas de ne pas le montrer et de garder pour lui-même son humilité. C’est vrai, il connaît ses limites. Il sait que la culpabilité se forge à partir du bien que l’ont à fait, et que la bonne conscience n’est autre que les résidus du mal que l’ont à commis. Il le sait parce qu’il l’a vécu. Il fait donc ce qui lui paraît sensé; Il martyrise les autres en cultivant ses certitudes et en levant bien haut ses convictions pour le regard des autres. Il tombe et se relève, toujours à l’abri d’un paravent de mensonge et de menace. Dans son cœur naïf il espère vainement que quelqu’un l’aidera à se tenir debout pour qu’il termine son existence sans encombre; Mais dans son esprit aiguisé il sait que s’il utilisait la béquille que représente un être cher, il ne pourrait plus jamais se relever une fois cette entité perdu. Alors il s’éloigne dans les méandres de ses pensées, il s’enfonce toujours et encore plus loin en espérant secrètement revenir un jour parmi les vivant.

Vous êtes seul et vous entendez sa voix.
Elle vous hante comme une menace, vous berce comme une douce mélopée. Vous voulez que ça s’arrête; Vous secouez la tête, levez les yeux. Il est là. Vous voulez l’oubliez. Vous partez.
Il n’est pas bourreau des cœurs, ni bourreau des esprits. Il est Souffle du Démon, et c’est bien assez. Vous ne verrez jamais une chatte le regarder d’un air rêveur. Ni un chaton aspirer à lui ressembler dans l’avenir. Il est calomnié dans son dos, et s’il se retourne, il n’aperçoit que des sourires innocents. Il entend dans sa tête la cacophonie de voit qui s’entremêle dans de futile injure à son envers, et il s’en fou. Presque. Il serait faux de dire qu’il n’est pas affecté d’être détesté. Ça le serait tout autant d’affirmer qu’il ne le cherche pas. Parfois, dans le plus profond de ses pensées, il se dit que ce qu’il fait est mal. Mais ça ne le fait pas changer. Parce que c’est un choix pour lui d’être ainsi. C’est une conviction et une valeur, un châtiment et une rédemption. Le châtiment d’être détesté, la conviction de le mériter. La rédemption du mal commis, la valeur de la justice.
Alors quand les voix dans sa tête se font trop forte, trop intense, il cède. Il s’en va loin, à l’endroit le plus loin et le plus isolé qu’il peut trouver, et alors il pleure. Personne ne l’aime… Il pleure. On le craint… Il pleure. Et tous font croire le contraire… Il cri. Alors il pense que si ceux qui disaient du mal de lui savaient ce qu’il pensait d’eux, ils en diraient encore d’avantage. Mais ça ne le rassure pas. Parce qu’il réalise qu’encore une fois, il se met plus haut, plus fort, plus méchant… Tout est motif de compétition, apparemment. Et pourquoi pas l’hypocrisie? La stupidité? La fourberie et la traîtrise?
Souffle du Démon gagnerait à tous les coups.

Il est toujours trop différent et étrange.
Trop près. Vous partez.
C’est stupide d’avoir à décrire une personnalité complexe en quelque phrase. C’est pourtant ce que je viens de faire. Et encore, j’en ai dit pas mal. Ce qu’il faut savoir, c’est que Souffle du Démon est malheureux. Et il répand son malheur autour de lui en espérant ressembler aux autres, mais il ne parvient qu’à s’enfoncer davantage dans sa médiocrité et ses lacunes. Il est faible; Tout le monde croit le contraire. Ce qui le rend d’autant plus pitoyable.

Vous l'haissez.
Vous le voyez, il s'approche. Vous partez.
Tout le monde est parti.
Seul.

x. Physique [3 lignes minimum]
Souffle du Démon.
Démon…
Ne vous méprenez pas. Un démon n’est pas forcément repoussant. Pensez aux Succubes, ces démons prenant l’apparence d’attirante femme pour les charmer et mieux les appâter. Elles sont belles à l’extérieur, laides à l’intérieur.
Souffle du Démon est un peu comme ça… Un peu. Imaginez vous maintenant un chaton. Un chaton aux grands yeux expressifs qui font craquer les cœurs les plus durs. Son pelage est long et duveteux; Ses pattes sont douces comme de la soie. On ne peut croire un instant que ce chaton est dangereux.
Faites le grandir. Il devient imposant, plus que les autres chats adultes. Un prince de fourrure et de souplesse, une divinité déchue devenue félin. Ajoutez lui une personnalité; Un caractère bien à lui, méprisant, comme s’il n’était pas un simple chat. Et qu’il en profitait, rabaissant les autres en leur faisant croire qu’il est le plus fort, même si ce n’est pas le cas.
Le mignon petit chaton du début n’est plus aussi charmant. Il est maintenant arrogant et dédaigneux, et vous n’êtes pas digne de lui parler. Il garde la tête haute et regarde le peuple d’un promontoire imaginaire, et personne n’a de mal à imaginer une couronne reflétant les rayons du soleil orner sa tête.
Il est beau.
Il est chiant.

Des yeux d’anges pour un démon…

Ses yeux sont magnifiques.
Ils le sont, mais pas dans le sens où l’on s’émerveille devant d’aussi beaux yeux. Oh non. Ils sont incomparables. Effrayant de beauté. Horrifiant d’hypnotisme.
Sur un autre chat, ses prunelles orangées seraient plutôt banales. Mais quand on s’appelle Souffle du Démon et que l’on agit comme un démon… Forcément, ça fait s’envoler l’imagination. Ses iris cuivrés, sous cette lumière là… Ne semblent-t-ils pas rouge?
Et alors on le regarde de loin, espérant qu’il ne soit pas posséder… Ou simplement diabolique. On essaie de détacher son regard, mais c’est impossible; On est apeuré à l’idée que si l'on détourne le regard, le grand matou fonde sur nous comme un aigle sur un lapin. Alors on reste là, à le fixer, et si Souffle du Démon se met à nous regarder aussi, on baisse les yeux, oubliant notre peur de plus tôt, simplement affoler qu’il croie qu’on le regardait de travers.
Lorsque enfin on perd de vue le Démon, on se rassure, convaincu d’avoir été stupide d’être effrayé pour si peu. On accuse notre imagination débordante, à raison. Mais la prochaine fois, la sensation persiste… Et s’il était vraiment fou? S’il voulait me tuer?
Au soleil, ses prunelles prennent une teinte jaune orangée flamboyante et magnifique. On dirait voir un feu ardent brûler derrière les yeux du matou. Les reflets qui y apparaissent rendent ses yeux brillant et d’autant plus admirable.
La fente noire que forme sa pupille semble percer les secrets, tandis que ses yeux expressifs laisse voir uniquement ce qu’il veut bien laisser voir; Un imbécile vient de mourir mais il doit porter le deuil comme une tristesse infinie? Très bien. Dans ses yeux apparaîtra un chagrin incommensurable, mais tellement faux. Peu son capable de voir la différence, ce qui fait de cette caractéristique une qualité très pratique. Et il n’a aucun scrupule à l’utiliser à tort et à travers pour parvenir à ses fins.
C’est à l’ombre que ses yeux sont le plus effrayants. D’abord, on ne voit pratiquement rien de son visage sinon ces deux globes colorés qui semble vous fixer. Entourés de fines lignes noires, ses prunelles sont mises en valeur et ressortent nettement du reste de son corps, alors que deux traces d’un beige très pâle de chaque côté de son nez décuple cette impression. Pour capter un maximum de lumière, ses pupilles sont dilatées, noircissant son iris. Il reste alors deux courbes colorées, prenant des teintes encore plus rougeâtre qu’à l’habitude, qui vous regard d'un air menaçant dans l’obscurité.
De quoi donner des frissons.

Une parure de Roi pour l’Empereur des Enfers…
Sa toison marron au reflet orangé évoque les plus beaux ornements royaux. D’une couleur fauve très riche zébrée de brun chocolat, sa fourrure est aussi belle que douce. Tout son pelage est long et soyeux, le faisant plus imposant encore qu’il ne l’est déjà. Dans sa fourrure, un subtile dégradé se forme à partir de son dos jusqu’au dessous de son ventre, où le marron se substitue au blanc immaculé, en passant par un brun pâle et un beige rappelant la chair des arbres. Sur son dos se promène un trait plus foncé qui semble séparer le pelage de Souffle du Démon en deux. Cette ligne suit sa colonne vertébrale jusqu’au bout de sa queue en panache. En effet, celle-ci fait penser à la queue d’un écureuil, son poil long et ébouriffé allant dans tout les sens. Elle est toujours dressé bien haut, pour surpasser de hauteur les autres félins et marquer ainsi une forme d’autorité.
Son visage au trait harmonieux est caractérisé tout d’abord par de longue moustache blanche comme neige. C’est ce qui attire en premier l’attention chez lui, après ses yeux, bien entendu. À leur base, la fourrure est presque noire, les faisant nettement ressortir. Un peu plus haut, sont nez est d’un teinte rougeâtre, ceinturé de noir. Tout son museau porte une belle teinte rousse qui accueille la naissance des rayures parcourant son pelage. Là où commence à apparaître le trait fin de sa bouche, la fourrure de Souffle du Démon est d’un joli blanc, laissant croire qu’il pourrait venir de boire du lait et que sa bouche et son menton en étaient recouverts. Mais cette teinte n’est pas exclusive à son museau, loin de là; En faite, cette trace n’est que le début d’un long ruban immaculé qui traverse son ventre et se rend jusqu’à la naissance de sa queue. C’est en faite le résultat du dégradé cité plus haut.
La couleur de son pelage est extrêmement commode, puisqu’en hiver comme en été, il peut se camoufler avec facilité. Par exemple, en hiver, le blanc de son ventre apparaît comme de la neige, tandis que son dos au motif zébré peut passer sans mal pour une bûche. L’été, son ventre est loin d’être pratique, mais il peu le cacher sans trop de difficulté lorsqu’il se couche, par exemple. Il est alors presque invisible parmi les branches et les roches, d’autant plus qu’il se fond parfaitement dans la couleur du sol.

Les armes d’un fidèle combattant pour un traître
Les chats, ça a des crocs, ça a des griffes. On le sait.
Souffle du Démon ne fait, bien évidemment, pas exception à la règle. Sous la douceur de ses pattes, caché pour mieux surprendre, de longues griffes argentées sont prêtes à déchirer. À tuer. Ses longues pattes, associées à son impressionnante carrure, sont des armes aussi rapide que le vent, aussi fortes que les torrents. Taillé pour la course, et pour plus encore. Mieux encore, il sait s’en servir. Mais ce n’est pas tout. Derrière son long pelage qui peut le faire paraître trapu, il est tout en longueur et en souplesse, ce qui le rend plutôt agile. Son corps forme tout autant des lignes douces que des arrêtes tranchantes, lui donnant un aspect d'équilibre parfait. Cela tout autant que son maintien le rend très impressionnant, et plutôt beau, de surcroit.
Les traits de son visage son fin et doux, ce qui contraste en quelque sorte avec son caractère dérangeant. À première vu, on ne peux pas prévoir qu'il est à ce point désagréable, à moins peut-être de voir cette lueur féroce de défi qu'il a dans les yeux, lorsqu'il veut bien laisser quelqu'un connaître sa vrai nature. Et peut-être vaut-il mieux de voir cela dans ses prunelles que de s'approcher de trop près... Parce que lorsqu’il est embêté où en colère, ce qui risque d'arriver si quelqu'un qu'il n'apprécie pas ou qu'il n'a pas dans son estime lui adresse la parole, on peut voir ses babines se retrousser, dévoilant deux crocs blancs qui ont vite fait de ralentir les ardeurs de félins qui le dérangent. Ce n’est pas qu’ils sont très long, mais accompagné de ses yeux menaçant et de sa réputation peu enviable, il y a de quoi apeurer.

Vous pouvez le voir, maintenant? Ce Démon qui a prit l'apparence d'un saint, cet Ange dont les valeurs sont morte; Ce roi félin parmi ses semblables qu'il méprise. Pour l'instant, il n'a pas l'air si mal, hein? Alors lisez le caractère, et on en reparlera. Il y a de quoi noircir le plus beau des tableaux.


x
. Histoire [3 lignes minimum] Prochain poste! ^^



~ Hors-Jeu ~

x. PUF Snow'
x. Comment as-tu eu l'adresse du forum ? Par Perle de Pluie
x. Premier avis sur le forum Il a l'air cool! 8D


Dernière édition par Souffle du Démon le Lun 24 Mai - 9:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 12:05

#1 Culpabilité

Je suis Souffle du Démon. Et c’est moi qui vais raconter mon histoire. Parce que je l’ai vécu, et que je suis la personne la mieux placée pour en parler, non? Alors ça commence comme ça…

Le soleil était déjà bien haut, arrosant le camp du Soleil d’une lueur féerique qui avait le don de rendre ce moment encore plus magique qu’il ne l’était déjà. C’était un bel avant-midi d’été, de ses jours où la nature semble en harmonie avec le monde, et où la rumeur lointaine des monstres sur le chemin du tonnerre s’éteignait complètement pour laisser place au doux chant des oiseaux. Les félins du clan de la Soleil était heureux, les proies étaient abondantes, et la vie, belle. C’était ça le bonheur, cet instant qui est passé si vite, laissant derrière lui la désolation. C’était ce moment avec ma petite sœur. On a le même âge, mais elle est si fragile, précieuse, que je ne pouvais m’empêcher de l’appeler ma petite sœur. On était ensemble, jeune et naïf, et on s’amusait bien.

Notre papa nous regardait, fière de sa progéniture, je supposai alors. Mais mon regard fut attiré par quelque chose dans ses prunelles… Qu’était-ce donc? Impossible de me méprendre; De la tristesse. Pourquoi papa était-il chagriné? Et je le savais pourtant, parce que je lui avais déjà demandé. Plusieurs fois même. À chaque fois, la même réponse qui voulait tout dire, mais que je ne comprenais pas : « J’aimais tellement ta mère ». À chaque fois je me demandais qui c’était, ça, ma mère. Mais je n’osais le demander, devant l’air tellement attristé de mon papa. Alors je baissais les yeux, et je retournais auprès de ma sœur que j’aimais tant, et à chaque fois elle voyait mon trouble. De sa petite voix mélodieuse et préoccupé, elle me demandait : « Qui a-t-il, Petit Démon? Pourquoi es-tu triste?» Et a chaque fois, je répondais : « Parce que papa est triste, et je sais pas pourquoi.» Et alors Petite Passion se taisait, me laissant me recueillir seul. C’est ce que j’aimais avec ma sœur : Elle ne se sentait pas obliger de meubler les silences. On partageait notre peine comme ça, côte à côte, les yeux fermés. Et lorsqu’on les rouvrait, tout était oublié. Comme pas magie.
Mais un jour, je voulu savoir. Je me suis dis que Petite Passion, savante comme elle était, devait avoir des réponses. Alors un jour où la scène s’est répété, j’ajoutai, tout doucement: «Tu sais c’est quoi, une mère?». Elle me regarda avec de grand yeux ronds, et j’eux presque honte d’avoir poser la question, même si je ne savais pas ce qui la surprenait tant. Devant mes yeux en point d’interrogation, elle semblait chercher ses mots, sachant ce qu’elle voulait dire sans pouvoir le formuler. Et puis elle lâcha d’un coup, comme si ça lui faisait mal : «C’était l’amoureuse de papa. Que t’a-t-il dit?»
Mes yeux s’écarquillèrent alors d’étonnement. L’amoureuse de papa? Et puis je fus triste lorsque je remarquai le temps employé dans la phrase de ma sœur. «C’était ». Elle l’avait laissé, elle était partie? Elle était… Morte? Ayant tellement de question que je ne pouvais les formuler, je dis tout simplement, sans répondre à la question de Petite Passion : «Dis-m’en plus.» Et alors elle m’expliqua ce qu’était une maman, et je fus surpris d’apprendre qu’elle en savait autant. Était-elle vraiment brillante où était-je stupide et aveugle? Aujourd’hui je vois sans mal que c’était les deux. Mais à ce moment j’étais émerveillé, et chagriné, il faut l’avouer. C’était super une maman! Mais la mienne, elle était où? Lorsque je posai la question à ma chère sœur, elle haussa les épaules, aussi paumé que moi. Alors nous nous tûmes, et nous regardâmes le clan s’activer autour de nous. Quelque temps plus tard, je la vis se lever, et je l’imitai. Alors qu’elle allait s’éloigner, je lui soufflai : «Je vais lui demander.»
Elle comprit.

«Qu’est-il arrivé à maman?»
Mon papa tressailli. Je pense qu’il ne s’attendait pas à cette question, ou en tout cas pas de moi. Alors il soupira, et je crus qu’il ne me répondrait pas. Au moment où j’allais partir, il commença :
«Alizé des Anges était la plus belle chatte du monde. Et elle avait le plus beau nom du monde. Et je l’aimais plus que tout au monde.»
Je sentis des larmes me venir aux yeux. Alizé des Anges… Quel beau nom! Mon papa avait raison. Et en même temps, je trouvais ça ironique, vu le nom que portait mon père.
«Tu t’imagines! Un chat qui s’appelle Brasier de l’Enfer tomber amoureux d’une féline tomber tout droit du ciel. Ce n’était pas convenable. Et pourtant.»
Je souris. Il avait pensé à la même chose que moi.
«Elle aussi m’aimait, et nous avons voulut avoir des chatons. Quelle erreur!»
Je me senti blessé. Alors, pour mon père, j’étais une simple erreur? Un délire à effacer de son existence? Je décidai que je ne lui pardonnerai pas avant le lendemain. C’était tout ce qu’il méritait.
Puis il continua, m’interrompant dans mes pensées.
«Ne t’es tu jamais demandé pourquoi tu t’appelais Démon, et ta sœur Passion? Tu vas comprendre.
» J’ai vu le ventre de Alizé gonflé, j’étais heureux. Et puis le jour de mettre bas est arrivé. J’étais avec elle… Elle a poussé, et elle a eut un premier chaton! Mort. Elle était triste, désespéré. Faible. Elle a tout de même réussi à mettre au bas un autre chaton! Mort. Et puis elle ne voulait plus. Elle voulait mourir. Je l’ai encouragé et elle a poussé encore et encore. Ta sœur est venue au monde. Fragile, mais bien vivante. Alizé souffrait terriblement, elle n’avait plus de force. Elle allait mourir. Mais elle a vu ta sœur et elle a sut qu’il fallait qu’elle réussisse. Elle est arrivé à te mettre au monde. Tu l’as épuisé. Elle est mortes.»
Il prit une pause interminable. Je n’osais rien dire.
«J’ai donné à ta sœur le nom de Petite Passion, parce qu’elle a donné du courage et de la volonté à Alizé pour terminé son accouchement, et te mettre au monde. Sans elle, tu serais mort. À toi, j’ai donné le nom de Petit Démon. Parce que tu as apporté la mort à ma bien-aimée. Tu l’as tué… »
Les larmes coulaient à flot de mes yeux. J’avais tué ma maman! J’avais rendu triste mon père. J’étais un monstre. Il m’en voulait… il ne le disait pas, mais il m’en voulait d’avoir enlevé la vie à Alizé. C’était injuste! Je n’étais qu’un pauvre chaton…
«TU L’AS TUÉ! JE TE HAIS!»
Il avait crié. J’eus très peur. Et très mal. Je partis en pleurant. Je me sentais tellement coupable...

_________________
Souffle du Démon.


Dernière édition par Souffle du Démon le Ven 14 Mai - 0:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Argentée
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : femelle
Âge du chat : 7 printemps
Messages : 15

Feuille du Guerrier
Expériences:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 12:07

bienvenu^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc de Loup
Tribus des Cieux
Tribus des Cieux
avatar

Clan : Cieux
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 3 printemps
Rang : Lieutenant
Messages : 10

Feuille du Guerrier
Expériences:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 12:17

Oh lalala !! J'ai jamais vu autant de description physique et moral aussi longue, et plus, c'est super bien ecrit !! Enfin bref, bienvenu =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Azur
fonda' ~ Chef
fonda' ~ Chef
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Meneur
Messages : 350

Feuille du Guerrier
Expériences:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 12:26

bienvenu, il manque le kit

enfin une très bonne prez ca fait plaisir

_________________
† Etoile d'Azur

Quelques fois il faut savoir risquer sa vie pour sauver celle des autres......


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chats-sauvages.forumactif.com
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 17:54

Mercii!
Je la fini vite! Et je pourrais être lieutenant?!

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Azur
fonda' ~ Chef
fonda' ~ Chef
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Meneur
Messages : 350

Feuille du Guerrier
Expériences:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Jeu 13 Mai - 19:08

ah oui, ca j'avais pas vu. La place pour le lieutenant foudre est réservé mais tu peux être celui du soleil.

J'adore t'as signature

_________________
† Etoile d'Azur

Quelques fois il faut savoir risquer sa vie pour sauver celle des autres......


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chats-sauvages.forumactif.com
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 0:20

#2 Rédemption

«Je suis désolé… »
Elle n’avait pas l’air convaincu. Ça me rendit triste, si je pouvais l’être davantage. Ils m’abandonnaient tous… Et pourquoi? Simplement parce que j’étais né! Quelle injustice… Mais moi-même je n’y croyais pas. Ils avaient raison… Je l’avais tué. J’aurais mieux fait de disparaître, mais j’étais bien trop lâche pour faire une telle chose.
«Non, tu ne l’es pas, avoue donc.»
J’avais dit cette phrase d’un ton résigné. Pourquoi diable avais-je donc dis ça? Je n’aurais jamais dû.
«C’est vrai! Je t’en veux! Je suis sûr que maman devait être génial, et toi tu l’as tué!»
Plus tard, je l’ai pardonné. Mais à ce moment là, elle ne pouvait pas m’abandonner. Non… Il fallait qu’elle m’aide à passer par-dessus ça… Pourquoi me rejetait-elle? Pas elle...!
«Tu es injuste! Je n’ai tué personne! Serait-je un monstre d’être né? Toi aussi, tu es né, mais tu as eu la chance de passer avant moi! Tout aurait pu être inversé! Moi Petit Amour, et toi Petite Malédiction! Moi Petit Courage, toi Petite Damnée! »
Je m’arrêtai, apercevant une larme couler sur la joue de ma petite sœur. Elle était triste… Mais moi aussi. Nous fîmes silence pendant un moment. Puis sa petite voix chagrinée brisa la quiétude qui s’était installée.
«Désolé…»
Elle n’en dit pas plus, mais c’était suffisant pour moi parce que je savais qu’elle le pensait. Nul besoin d’en dire davantage, elle ne s’en serait sentit que plus mal. Je frottai mon museau contre son doux pelage gris rayé, et elle s’apaisa. Mais mon cœur ne l’avait pas encore totalement pardonné. Seulement mon esprit.

Et puis un jour arriva ou je fut nommé apprenti. J’espérai vainement, avant de recevoir mon nom, qu’on me nomma Nuage d’Alizé, pour honorer ma mère, ou même quoique ce soit qui ne me rappellerait pas la tragédie de sa mort. Mais je fus plutôt appelé Nuage du Démon, et j’eus de la difficulté à retenir mes larmes lorsque je me trouvai devant mon mentor. Sans doute crut-il que c’était dû à l’émotion de ce grand moment, bien que pour moi cette nomination n’était qu’une cérémonie futile. Mes préoccupations étaient tout autres. Je voyais ma sœur, à côté de moi, un sourire fendu jusqu’au oreille. Je lui en voulais un peu d’être aussi heureuse alors que moi j’étais nostalgique, mais je m’efforçai d’être content pour elle. Je crois qu’elle comprit mon désarroi, parce qu’elle sembla s’excuser du regard et me lança un sourire triste. Je lui répondis de la même façon. Après tout, c’était normal qu’elle soit heureuse. Elle s’appelait Nuage de Passion… Quel beau nom. Tellement mieux que le mien.
On vint nous féliciter et nous appeler par notre nom. Ça me faisait mal, mais j’essayai de ne rien laisser paraître. Je compris que je ne trompais personne en voyant l’air désolé des félins qui m’approchait. Je jetai un regard envieux à ma sœur, qui était le centre de l’attention. J’en souffrais, mais je ne l’avouerais à personne. J’aurais aimé que tout le monde soit vraiment heureux pour moi et qu’ils oublient un instant mon air triste. Mais c’était ma faute, je n’aurais pas dû être abattu ce jour là. Mais ce que mon père m'avait dit me tournait dans la tête, et je lui en voulait. Il s'était tenu à carreau, après cet épisode, mais il n'était plus le même. L'ancien lui me manquait.
Quelque instant plus tard, je me trouvai seul avec Nuage de Passion. Combattant mon chagrin, je lui demandai quel nom de guerrière elle aimerait avoir. Elle me sourit gentiment, puis dis d’un air rêveur que j’adorais chez elle, elle dit : «Passion des Dieux». Mes lèvres se retroussèrent dans un sourire sincère. Si je ne pouvais être heureux pour moi-même, autant l’être pour ma sœur. Malgré nos différent, je l’aimais vraiment beaucoup.
«Et toi, mon frère, quelle nom aimerais-tu vraiment avoir?»
Sa voix m’indiquait qu’elle voulait que je sois sincère, même si ma réponse n’avait pas de sens. J’aurais aimé pouvoir lui répondre la vérité, mais elle m’en aurait voulu. «Brise Céleste », aurai-je voulu dire. Mais je ne méritais pas ce nom mélodieux et Divin. Si je réfléchissais vraiment au nom que je devrais avoir, je me disais que Démon m’allait bien. Mais je n’était pas un si mauvais bougre, alors j’optai pour Rédemption, qui indiquait le repentir de mes erreurs.
«Rédemption du Démon», dis-je.
Les yeux de Nuage de Passion se voilèrent de déception. Sans doute aurait-elle voulut que je réponde par ma première pensée. Mais c’était trop tard. Et puis, Rédemption du Démon, c’était très bien, non?
«Démon? Je croyais que tu en avais assez d’être une entité tout droit sortie des enfers. Tu n’aurais pas préféré… Brasier Céleste? Alizé des Esprit? Passion du Mistral?»
Je fronçai les sourcils.
«Pourquoi devrais-je emprunter mon nom à ceux que je connais? Passion, c’est toi, Alizé, c’est maman et Brasier, c’est Papa. Moi je suis Démon, et si tu trouves que ce nom ne me va pas assez bien, peut-être devrais-je agir de façon à ce qu’il m’aille mieux?»
Les yeux de ma sœur s’agrandir. Je regrettai mes paroles, mais n’ajoutai rien. C’était vraiment ce que je pensais. Qu’est-ce qu’elle pensait?
«Ce n’est pas ce que je voulais dire… Mais tu as toujours voulu changer de nom. Pourquoi Rédemption du Démon? Tu mérites mieux.»
Ne sachant que répondre, je soufflai :
«Ou pas.»
C’était puéril, je sais mais c’est tout ce que je pouvais dire. Nuage de Passion avait raison, mais j’avais révisé mes certitudes. J’étais vraiment un Démon… Sinon, pourquoi tout le monde m’éviterait? Sinon, pourquoi mon père m’avait-il donné ce nom? Aucune réponse. J’étais un monstre, et durant ma vie j’essaierai de devenir quelqu’un de respecté.
Ma rédemption avait commencé.

_________________
Souffle du Démon.


Dernière édition par Souffle du Démon le Ven 14 Mai - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 0:20

#3 Pardon

Moi et Nuage de Passion décidâmes d’aller chasser même si… Eh bien, on en avait plus ou moins le droit. Mais les lois sont faites pour être enfreintes, non?
Nous gambadâmes donc un certain temps, nous dirigeant lentement vers le chemin du Tonnerre. On nous l’avait déjà montré, et ni l’un ni l’autre n’en gardait un bon souvenir. Mais on voulait se rendre au territoire de l’Ombre, parce que d’être aller dans cet endroit à la mauvaise réputation nous vaudrait sans aucun doute une certaine gloire auprès des autres apprentis, si bien sûr aucun guerrier n’était mis au courant. Nous arrivâmes bien vite au lieu désiré, enhardit par l’idée de faire quelque chose d’interdit. Nous comprîmes d’ailleurs bien vite la raison de cette interdiction.
Nous étions tous les deux à environ une queue de renard de la chaussée. Je frissonnai d’excitation; Ce n’était pas tous les jours que je venais en cet endroit. Je pouvais sentir l’odeur acre des monstres qui persistait ostensiblement sur la rivière asphaltée. De même, un bruit incertain venu du lointain s’amplifiait inéluctablement, faisant bondir mon cœur dans ma poitrine. Je passai à une queue de souris de m’enfuir en courant lorsque deux yeux lumineux semblant tout droit sortis des enfers firent leur apparition au bout de la plaine noir. Elle avançait à une vitesse que je ne croyais pas possible d’atteindre, et lorsqu’elle passa en trombe devant moi et Nuage de Passion, nous reculâmes de plusieurs pas. Notre long pelage s’agita sous les bourrasques provoquées par l’allure de ce monstre, et je frissonnai. J’étais alors convaincu que ces bêtes étaient des messagers des enfers, et je crus même pendant un certain temps qu’un jour, elle viendrait me chercher pour me ramener d’où je venais.
D’un coup, je n’avais plus si envie de traverser. Mais ma sœur, elle, semblait bien déterminée. Après m’avoir jetée un coup d’œil plein d’excitation, elle regarda doucement de chaque côté du chemin du Tonnerre et, après avoir tendu l’oreille pour s’assurer qu’aucun danger n’arrivait, elle bondit en avant et traversa l’étendu asphalté en courant. Une fois de l’autre côté, elle se retourna puis me lança un sourire goguenard et plein de défi, m’encourageant à en faire autant. Je lui renvoyai son sourire, mais il aurait fallu être aveugle pour ne pas y voir de l’inquiétude et de la peur. Néanmoins, je m’avançai près de la chaussée.

«Allez, peureux! Ce n’est pas difficile!»

La voix de ma sœur me fit sourire, et dissipa mes craintes. Je m’élançai sur le chemin des monstres. Ma première impression fut que ce sol rugueux m’écorchait les coussinets. Ensuite, je me dis que ce n’était pas difficile, au final, et que la fierté après coup compenserait ma peur de plutôt. Et finalement, je pensai : «Oh non…».
Une lumière aveuglante. Un bruit continu s’amplifiant rapidement. Une odeur acre. J’allais mourir. Je tournai la tête, embrassant du regard ce qui serait sans doute ma dernière vision du monde. Je vis mon assassin, un monstre rouge sang, avec un Bipède qui me sembla diabolique; Mais peut-être était-ce simplement la peur et la sensation que j’allais mourir qui brouillait mes sens. L’énorme bête me semblait trapu, aplati. J’en avais jamais vu des comme ça, mais c’était sans doute parce que je n’en avais vu que quatre dans ma courte existence. Où devrais-je dire, ma trop courte existence. Le monstre fonçait vite. Trop vite.
Ma première sensation fut que je tombais vers l’avant. Puis le sol rugueux sur ma peau. Ce fut plutôt douloureux, ça m’écorchait un peu partout. Heureusement que mon long poil me protégeait. Ensuite, je me senti glisser, frotter contre le sol, sur au moins deux queues de renard. Ça ne me fit pas vraiment mal. Je pus même ouvrir les yeux. Drôle de façon de mourir, pensai-je alors. Puis je compris que je n’étais pas mort lorsque je vis le regard affolé de ma sœur, qui courrait vers moi. Elle me tira par le cou sur les quelques queues de souris qui me manquait pour arriver en sécurité, et seulement alors, je me levai. C’était pénible, mes muscles étaient douloureux. Mais à comparer à ce que j’avais cru qu’il m’arriverait, ce n’était pas trop mal.
Je vis des larmes sur les joues de ma sœur. Pourquoi pleurait-elle? Pourtant, j’étais sauvé. Je suivis son regard désespéré vers la route. Mon cœur manqua un battement. Non… Je me sentis bien égoïste d’être si heureux d’être vivant.
Nuage de Passion courut jusqu’au corps démantibuler qui gisait sur le chemin du Tonnerre. J’eus peur qu’un monstre la frappe elle aussi, mais aucun signe n’annonçait la venue d’un monstre. Aussi, je m’approchai rapidement, et j’aidai ma sœur dans la délicate tâche d’amener le corps ensanglanté sur notre territoire. J’entendis ma petite sœur sangloter, et je sentis mon cœur se fendre.

«Non… Pas toi, papa… Pourquoi?»

Je manquai m’évanouir. Je n’avais pas réalisé que ce corps détruit, plein de sang et vide de vie, était mon père. Il était méconnaissable… Et ma sœur l’avait sans doute vu se faire écraser. Comme je la plaignais! Sans doute cette vision resterait-elle prise dans son esprit jusqu’à la fin de sa vie. Et mon père… Il m’avait sauvé. C’était lui qui m’avait poussé, prenant le coup à ma place. Et il était mort, maintenant. Je me demandais pourquoi et comment il s’était trouvé là pour me sauver, mais le soulagement d’être en vie dissipa cette question. Il ne me restait qu’une tristesse infinie, un soulagement, et un sentiment de culpabilité. Encore. Ma mère était morte en me donnant la vie, mon père était mort en me la sauvant. J’étais vraiment un monstre… Je ne méritais pas de m’appeler Rédemption du Démon, plus tard. J’étais trop mauvais pour regretter quoi que ce soit…
À ce moment, mes traits se durcirent. Mes pensées devinrent sombres. Ma personnalité changea. Si j’étais né pour faire le mal, pourquoi combattre? Je ferais mieux de suivre mon destin. Un sombre destin, mais un destin quand même. C’est tout ce que je voulais, un chemin à suivre, les yeux bandés pour ne pas voir ce que je faisais, parce qu’au fond, je ne voulais pas faire le mal. Je voulais vivre, et si cela voulait dire tuer, ou simplement être désagréable, c’est ce que je ferais. C’était le prix à payer, le revers de la médaille.

Je suivais Nuage de passion en silence. Elle traînait le corps de notre père derrière elle, refusant tout aide de ma part. Voyant son air hostile et agressif, je devinai qu’elle m’en voulait. Comme elle m’en avait voulu pour avoir tué maman. Je préférai ne rien dire, même si ce silence lourd et tendu m’horripilait. Nous arrivâmes, après une longue marche lente et pénible, au campement du Vent. On annonça la mauvaise nouvelle, et ma sœur ne manqua pas de raconter tous les détails de l’histoire, retournant le couteau dans la plaie encore et encore. Ce qui était encore pire que le récit raconté par la voix triste de ma sœur, c’était les regards méchants qu’on m’envoyait, l’air hostile qui planait au dessus du camp. J’étais de trop, mais j’étais trop lâche pour partir. Alors je restai là, les yeux au sol, endurant l’ambiance pourrie qui régnait.
Ma seule consolation, c’était de savoir que Brasier des Enfers, mon père, m’avait sauvé. Il m’avait pardonné, pour maman… Mais il ne pourrait jamais me pardonner pour sa propre mort. Et ma sœur non plus.

_________________
Souffle du Démon.


Dernière édition par Souffle du Démon le Ven 14 Mai - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 0:20

#4 Châtiment

Ça faisait maintenant longtemps qu’on était apprenti. Bien assez longtemps, surtout que tous deux étions des élèves très doués. Simplement, nous n’avions pas eu l’occasion de prouver notre valeur. Mais malgré tout, enfin, on nous annonça que l’on recevrait notre titre de guerrier, et Nuage de Passion était très excité. Pas moi. Je me rappelais ma nomination en tant qu’apprenti comme d’un mauvais souvenir, et j’anticipais la déception, déjà. Je savais que je ne serais jamais satisfait de moi-même, et surtout de ce que les autres pensaient de moi. Mais je m’appliquai a encourager ma sœur, qui, et je l’en remerciait, m’avait pardonné pour avoir tué papa. Ç’avait été pour moi une consolation, mais je la soupçonnait en secret de m’avoir dit ça pour soulager sa propre conscience; N’était-ce pas elle qui m’avait appelé pour que je la rejoigne dans le clan de l’Ombre? Si elle n’avait pas été là, j’aurais été plus prudent et rien de cela ne serait arrivé. Mais me rendant compte que cette pensée était égoïste, je la gardais pour moi, sachant pertinemment que de dire ça à Nuage de Passion ne ferait qu’envenimer la situation.

C’était le matin, la veille de la cérémonie. J’avais envie d’être seul, de rester avec ma peine pour peut-être avoir l’air joyeux demain. Je ne croyais pas vraiment au succès de cette opération, mais je décidai néanmoins d’aller m’isoler en dehors du camp. Je n’avais pas envie de regard méprisant, pas plus d’ailleurs que de regard compatissant.
Je parvins sans trop de mal à m’échapper furtivement du camp. Ça n’avait pas été trop difficile, et un sourire de satisfaction s’inscrit sur mon visage. C’est néanmoins sans joie que je gambadai sur mon territoire. De chaque côté, la plaine à l’air aride, parsemé ici et là de quelques bouquets d’herbes et de bruyère, me semblait plus ennuyeuse que jamais. C’était dans ce genre de situation que je rêvais d’appartenir au clan du Tonnerre, où en permanence les oiseaux gazouillaient, l’air était pur et les paysages magnifiques. Mais je savais bien que je ne quitterais pas le clan du Vent de sitôt, et je n’étais pas sûr de savoir si cette pensée m’attristait où m’enchantait.
Je sortis de ma rêverie en entendant le bruit ténu de pas derrière moi. Je me retournai d’un bond, griffes sorties et crocs découverts. Mon cœur battait la chamade; Jamais je n’avais fait face à un réel danger. Et ce n’était pas aujourd’hui que ça allait commencer, songeai-je lorsque je vis apparaître ma sœur, cachée jusque là dans un bosquet touffu qui la camouflait à merveille. Elle avançait maintenant vers moi d’une démarche assurée, et plus par orgueil que par réelle colère, je me détournai et poursuivit ma marche. Elle ne se démonta pas pour si peu et, en quelques agiles enjambées, elle m’avait rejoint. Je ne la repoussai pas, mais je m’obstinai à rester silencieux jusqu’à ce que j’arrive… Eh bien, quelque part. Je n’allais nulle part vraiment en partant du camp, et pourtant j’étais maintenant à seulement deux ou trois queues de renard du ravin. Lorsque je me retournai vers ma sœur, je vis passer dans ses yeux de la peur, que dis-je, de la terreur, ainsi qu’un tristesse et un effarement total. Elle ne semblait pas comprendre, et moi non plus je ne comprenais pas. Lorsque je suivis son regard inquiet se dirigeant vers le ravin, je crus comprendre ce qu’elle s’imaginait; J’aurais quitté le clan pour venir me jeter en bas de ce précipice? Jamais de la vie. Mais pourquoi avait-elle pensé ça? Un instant, je voulus la rassurer.

«Non, non; je ne voulais pas…»

À peine eus-je prononcé ces mots, je tombai dans une fureur incommensurable. Comment osait-elle croire que ma vie ne valait pas la peine d’être vécu? Comment osait-elle penser que je me sentais vraiment coupable pour la mort de papa et maman? Peut-être, après tout, que tout cela ne me faisait rien. Était-elle présomptueuse au point de croire connaître mes pensées et mes sentiments? Apparemment, oui.
Je me lançai donc dans un laïus furieux et sincère, mes yeux menaçants plantés dans ceux inquiet de ma sœur.

«Tu crois que ma vie ne mérite pas d’être vécu? Tu crois donc que toi seul mérite de vivre? Oh, c’est vrai, ta vie a toujours été plus facile, plus belle, et tu as toujours été la favorite, dit-il, la voix remplie de reproche. Eh bien sache que je vais vivre. Je vais vivre parce que j’assume ce que j’ai fait et que je compte aller jusqu’au bout. Je me sens coupable, et je le suis. Mais toi, petite sœur, ne t’es-tu jamais senti coupable? Ne t’es-tu jamais dit que si tu n’avais pas vécu, ma vie aurait été tellement plus belle, que si tu n’étais jamais né, maman aurait peut-être vécu? N’as-tu jamais pensé que c’était peut-être de ta faute que papa soit mort, parce que tu m’appelais et que je n’ai pas fait attention?»
Il prit une courte pause. Puis, avançant lentement vers Nuage de Passion avec un rictus mauvais, il poursuivit :
«J’ai tellement souffert pour toi, mais en faite, ç’aurait pu être le contraire. Mais je n’ai rien dit. Je pensais que tu étais contente que je sois à tes côtés… Et que tu croyais que j’étais heureux. Mais tu savais que je mourrais en dedans, tu savais que je n’en pouvais plus, mais tu as continué à faire la petite princesse et à reporter le blâme sur moi.
Tu es tellement égoïste, petite sœur.
Tellement égoïste.»

Le ton qu’il avait employé était dur et froid, mais sa voix s’était brisée sur la dernière phrase. En avançant comme il l’avait fait, il avait forcé sa sœur à reculé, la repoussant toujours plus près du ravin. Un pas de plus et elle tombait.
D’une petite voix, elle dit :

«Je suis désolé, grand frère. Je n’ai jamais voulu te faire du mal, tu sais… Mais je pensais que tu te remettrais, tu sais, c’est ce que j’ai toujours espéré…»

Il criait presque lorsqu’il répondit :

«DÉSOLÉ?! C’est tout ce que tu trouves à dire? Écoute, petite sœur, je ne crois pas que ça puisse continuer comme ça. Laisse moi seul, toujours. Ne me parle plus. Je crois que ce sera mieux pour nous deux.»

Le visage triste et coupable de sa sœur ne l’attendri pas. Il se détourna, toujours aussi furieux, et n’eut le temps que de faire trois pas avant que la patte de Nuage de Passion l’arrête. Il lui lança un regard sans pitié et la repoussa férocement. Il allait repartir lorsqu’il entendit le cri perçant de sa sœur. Il se retourna vivement, juste assez vite pour voir les pattes de Nuage de Passion battre frénétiquement avant de glisser droit vers le ravin.
Nuage du Démon se précipita vers sa sœur, mais c’était trop tard. Il n’eut que le temps de la voir tomber, dans un cri de désespoir. Son petit corps tournoyait vers les eaux tumultueuses, et sa plainte s’évanouissait à mesure qu’elle tombait. Dans un bruit retentissant, elle fut avalée par l’eau, et le futur guerrier ne la vit jamais remonter. La tristesse dans l’âme, il se détourna.
Il ne pleura pas.

_________________
Souffle du Démon.


Dernière édition par Souffle du Démon le Ven 14 Mai - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 0:21

#5 Mensonge

Nuage du Démon fit son apparition dans le camp du Soleil. Personne ne lui demanda où il était allé. Seul une personne lui adressa la parole, pour lui demander s’il avait vu sa sœur. Sans trace d’émotion, il lui répondit innocemment que non. Plus tard, il s’en voudrait d’avoir tué sa sœur. Au final, il avait tué toute sa famille. Mais pour le moment, il ne ressentait rien. Que du vide. Et le sentiment d’un devoir accompli. Cela lui faisait un peu peur.

Lorsque le soleil commença à s’abaisser, le chef du clan annonça le début de la cérémonie de nomination. Des murmures se firent entendre. Personne n’avait vu Nuage de Passion depuis le matin. On commença à s’interroger, et réalisant qu’elle n’était pas là, on décida de reporter la cérémonie. En attendant, la recherche à la chatonne était lancé. Nuage du Démon pensa amèrement qu’elle ne serait pas retrouvée, et aussi que si ça avait été lui qui avait disparu, la cérémonie aurait quand même eu lieu. D’un air boudeur, il partit se réfugier dans sa litière. On attribua cela à la déception de ne pas être nommé guerrier et à la disparition de sa sœur, même si plusieurs pensèrent sûrement qu’il était sans cœur de ne pas chercher Nuage de Passion.
Foutaise.
En ce moment, il n’avait pas envie de mentir, de prétendre. Il voulait dormir. C’est ce qu’il fit.

Trois jours plus tard, un corps démantibulé fut retrouvé, portant en guise de pelage des touffes éparse de poil brun et blanc. Ses yeux recouverts du voile de la mort laissaient comprendre qu’il s’agissait bien de Nuage de Passion.
Nuage du Démon ne pleura pas, ne dit rien. On attribua cela au choc de la mort de sa chère petite sœur.
Foutaise.

Ils n’avaient plus le choix, maintenant. Il fallait bien qu’il nomme l’autre apprenti. Le démon.
Nuage du Démon cru voir passer un rictus malveillant sur les traits de son meneur lorsqu’il annonça son nouveau nom, mais cela disparu si vite qu’il crut l’avoir rêver. Par contre, son nom, lui, ne le quitterait jamais.
«Souffle du Démon»
Pas de Rédemption. Non, il ne s’était pas repenti. Plutôt, il avait récidivé. Peut-être était-ce mieux ainsi? Maintenant, il n’était plus dans l’ombre de sa sœur. Maintenant, il pouvait s’épanouir, à sa façon.
Il sourit, dévoilant ses crocs pointus dans un sourire à en faire frissonner les plus courageux. On attribua le sourire au bonheur d’être guerrier, et l’air menaçant à l’envie d’aller chasser tout de suite.
Foutaise.

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 0:29

oky j'veux bien etre du Solei! =)
Mercii pour la signa! x)

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelage de Noisette
Tribus de la Foudre
Tribus de la Foudre
avatar

Clan : Foudre
Sexe du chat : Male
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Guerrier
Messages : 32

Feuille du Guerrier
Expériences:
41/100  (41/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 12:43

Ton histoire est magnifique. Toute aussi bien que celle de Sombre Promesse sur le fow d'Ambre.
Mais tu écris toujours des histoires tristes, ou c'est du hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 13:23

Merci!
Bah c'est que j'ai plusieurs perso' et ceux que tu as vu sont les plus tristes! ^^

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Azur
fonda' ~ Chef
fonda' ~ Chef
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Meneur
Messages : 350

Feuille du Guerrier
Expériences:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 17:37

Tout ce que tu écris, tout lire vas prendre trois jours XD. Bravo à toit Wink

Ok pour le soleil alors. J'ai pas encore commencer à lire mais je pense savoir a quoi m'attendre.

_________________
† Etoile d'Azur

Quelques fois il faut savoir risquer sa vie pour sauver celle des autres......


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chats-sauvages.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Ven 14 Mai - 23:03

bienvenu !!

trop belle ta signa !
Revenir en haut Aller en bas
Etoile de Velours
Tribus de la Foudre
Tribus de la Foudre
avatar

Clan : Foudre =D
Sexe du chat : Femelle
Âge du chat : 2 printemps (2ans)
Rang : Lieutenant
Messages : 72

Feuille du Guerrier
Expériences:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Sam 15 Mai - 11:22

...
Tu m'as tué xD
Bah... Bienvenue ^O^
[Ouai, c'est claire : Trop beau texte et trop belle signa =D]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fiction-with-matthew.skyrock.com
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Sam 15 Mai - 12:19

xD
Mercii a tous! ;D

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perle de Pluie
Co-fondatrice, Cindra ~ Lieutenante
Co-fondatrice, Cindra ~ Lieutenante
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Femelle
Âge du chat : 3 printemps
Rang : Lieutenante
Messages : 110

Feuille du Guerrier
Expériences:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Dim 23 Mai - 8:16

Je n'ai jamais vu une histoire, une aparence et un caractère aussi long !!!!

Je n'aurai jamais le courage de tout lire !
En tout cas BIenvenue !!!

_________________


Clique ou j'te Défonse
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerre-desclans.forumdediscussions.com/forum.htm
Etoile d'Azur
fonda' ~ Chef
fonda' ~ Chef
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Meneur
Messages : 350

Feuille du Guerrier
Expériences:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Dim 23 Mai - 10:33

Bon je vais devoir mis coller XD. Tu l'as fini ?

_________________
† Etoile d'Azur

Quelques fois il faut savoir risquer sa vie pour sauver celle des autres......


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chats-sauvages.forumactif.com
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Dim 23 Mai - 12:57

oui! =)

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Azur
fonda' ~ Chef
fonda' ~ Chef
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Meneur
Messages : 350

Feuille du Guerrier
Expériences:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Dim 23 Mai - 13:57

ok, je te met la couleur, je lirais après, et ensuite si c'est pas bon je te l'enlève. Mais je vérifirais dans la journée.

_________________
† Etoile d'Azur

Quelques fois il faut savoir risquer sa vie pour sauver celle des autres......


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chats-sauvages.forumactif.com
Souffle du Démon
Tribus du Soleil
Tribus du Soleil
avatar

Sexe du chat : male
Âge du chat : 16 lunes
Messages : 18

Feuille du Guerrier
Expériences:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Lun 24 Mai - 14:19

It's good?! ^^

_________________
Souffle du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Azur
fonda' ~ Chef
fonda' ~ Chef
avatar

Clan : Ouragan
Sexe du chat : Mâle
Âge du chat : 5 printemps
Rang : Meneur
Messages : 350

Feuille du Guerrier
Expériences:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   Lun 24 Mai - 15:40

j'ai pas encore regarder, car j'ai pleins de truc a faire, comme réviser le bac. Mais tu peux poster Wink

_________________
† Etoile d'Azur

Quelques fois il faut savoir risquer sa vie pour sauver celle des autres......


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chats-sauvages.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: >>Souffle du Démon<<   

Revenir en haut Aller en bas
 
>>Souffle du Démon<<
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire du Souffle d'Eolia
» Un elfe noir au souffle
» Les lois du Souffle de la déesse Eolia
» chauffage Eberspacher qui souffle du froid sur mon Vito
» des images a couper le souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chats sauvages, :: Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: